DECOUVERTE-DE-LA-FAUNE
EN-DORDOGNE
(24)

par "Marie51"



Marie51 vous emmène à la découverte de la Faune de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. La Faune du Périgord grace à son bocage et ses cultures, ses Causses de sol argilo calcaire, permettent aussi la pousse des célèbres Orchidées, ses Diamants noirs et ses Truffes. En traversant la région de la Dordogne, du Nord-Est au Sud-Ouest, grace à ses ruisseaux et rivières, cette biodiversité amène de nombreux Oiseaux, des Mammifères, des Insectes et des Poissons divers.

=== LES OISEAUX SAUVAGES EN DORDOGNE ===


- L'ALOUETTE A BEC ROSE :

CC BY-SA 3.0

L'Alouette à bec rose ou Spizocorys Conirostris, est une espèce d'oiseaux de la Famille des Alaudidae, de l'ordre des Passeriformes qui vit dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine, en France. Les Alaudidae ou alaudidés sont une Famille de passereaux constituée de 21 genres et 97 espèces. Elle comprend les alouettes, les ammomanes, les sirlis, les moinelettes (appelées alouettes-moineaux) et les cochevis. Ce sont des oiseaux terrestres de taille petite à moyenne (de 10 à 23 cm), dont le plumage terne présente généralement des teintes brunâtres ou chamois. L'ongle de l'orteil postérieur est habituellement long et droit et le bec est extrêmement variable en taille et en forme, selon l'espèce. Cette famille est caractéristiques des zones arides ou semi-arides, peuplant les zones découvertes ou cultivées. Son aire de répartition va de la zone éthiopienne à la zone australasienne, en passant par le paléarctique et à la zone orientale, une seule espèce (Eremophila Alpestris) atteint la zone néarctique.


- LE BRUANT-ORTOLAN :


Le Bruant-Ortolan est un oiseau sauvage, qui fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Bruant-Ortelan est visible sur la commune de Cherval, en Dordogne.


- LE BUSARD CENDRE :


Le Busard Cendré appelé aussi le Circus Pygargus ou le Busard de Montagu est un rapace diurne migrateur, qui fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Cet oiseau sauvage appartient à la Famille des Accipitridés et à l'ordre des Accipitriformes. Le Busard Cendré est un rapace mince, aux ailes étroites et pointues, à la silhouette fine, légère et élégante. Le mâle possède un plumage gris cendré, le bout des ailes noires ainsi qu’un trait noir sur le dessus de chaque aile. La femelle a un plumage brun sur le dessus, brun foncé sur le dessous et son croupion est blanc. Le Busard Cendré mesure 43 cm à 50 cm de longueur. La largeur des ailes est de 39 cm à 50 cm, l'envergure atteint 0,96 m à 1,16 m. Le mâle pèse de 225 gR à 300 gr, la femelle de 300 gr à 450gr. Il se nourrit de campagnols essentiellement), de petits oiseaux et de leurs oeufs (alouettes), de lézards et d'insectes (sauterelles et criquets). Dans toute l'Europe, il niche au sol, normalement dans les milieux naturels (type lande ou prairie humide) à végétation basse (2 ou 3 mètres de hauteur maximum). A la suite de la disparition ou de l'exploitation de ces milieux, le Busard Cendré niche, alors, dans les cultures, principalement, céréalières. Il existe de grands risques de destruction des nids lors de travaux agricoles tels que les labours et la fauche.


- LE FAUCON PELERIN :


Parmi la Faune de la Dordogne, le Faucon Pélerin est un oiseau sauvage, réputé pour être l'oiseau le plus rapide du monde, en région Nouvelle-Aquitaine, en France ! Saviez-vous qu'un Faucon adulte peut atteindre la vitesse de 390 km/heure ? C'est une espèce de rapace robuste, adulte, de taille moyenne, dont la Longueur est de 34 cm à 58 cm. Son envergure fait 74 cm à 120 cm. Le poids du Faucon Pelerin mâle adulte fait 0,33 kg à 1 kg. La Femelle adulte pèse 0,7 kg à 1,5 kg. Le Faucon Pèlerin appelé le Falco peregrinus est un oiseau qui appartient à la Famille des Falconidés et à l'ordre des Falconiformes. C'est un rapace fortement charpenté, doté d'une large poitrine. C'est un chasseur qui se jette à une vitesse incroyable sur sa proie, en piqué. Le Faucon-Pélerin ne construit pas de nid et préfère nicher, essentiellement, sur des falaises, plus rarement sur des arbres, des structures ou des bâtiments élevés. Sa population a fortement diminué, après la Seconde Guerre mondiale, du fait de la pollution au D.D.T. Depuis sa protection en 1970, sa population est, à nouveau, en expansion. L'aire de répartition du Faucon Pélerin s'étend sur 10 000 000 km2. On comptabilise 20 sous-espèces. C'est l'un des oiseaux dont l'aire de dispersion est la plus importante au monde, l'espèce étant présente sur tous les continents sauf en Antarctique. La femelle est plus grande et plus lourde que le mâle, de 30 % Les mâles sont nommés des tiercelets. Les narines de l'animal sont dotées de déflecteurs, de cônes irréguliers (comme l'entrée des réacteurs d'avions), qui lui permettent de respirer pendant ses plongeons en piqué sans que ses poumons explosent, sous la pression du vent. Le Faucon pèlerin est un animal plutôt silencieux. Son cri le plus fréquent est un « ka yak, ka yak » assez perçant et sec. En cas d'alerte, le cri est un rapide « kek-kek-kek » qui peut aller en s'amplifiant si un intrus continue de s'approcher. Il existe aussi un cri plus traînant au moment des parades d'accouplement. On dit que le faucon huit ou qu'il réclame. La coquille de ses oeufs est rougeatre. La ponte et la couvaison ont lieu pour la France entre avril et juin. Il a une couvée par an comprenant de 3 à 4 œufs. Ceux-ci ont une base claire, mais fortement tachetée de brun-rouge. Ses proies sont les mouettes, les corbeaux, les canards, les chouettes, les pigeons. Cependant, le Faucon pèlerin n'hésite pas à s'attaquer à plus gros, de par sa robustesse, comme les hérons et les oies sauvages. Les prédateurs craints par le Faucon-Pélerin sont les Aigles, le Hibou Grand-Duc (Bubo bubo) ou de Grands Faucons comme le Faucon Gerfaut (Falco rusticolus). Certains mammifères prédateurs, tels les Chats sauvages, les Gloutons ou les Renards peuvent aussi se saisir d'un Faucon-Pélerin.


- LE FAUCON HOBEREAU :


Le Faucon Hobereau appelé aussi Falco subbuteo est un oiseau sauvage qui fait partie de la Faune sauvage de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. De la taille du Faucon Crécerelle, Le Faucon Hobereau est un petit rapace, très habile. C'est un oiseau de taille moyenne. Ses ailes sont pointues et sa queue est de longieur moyenne. Sa longueur est de 29 cm-35 cm. Ses ailes ont une envergure de 70cm à 84 cm. Sa durée de vie atteint 11 ans. Cet oiseau se nourrit surtout d'insectes (libellules, hannetons) et de petits oiseaux capturés en vol. Bien que rare, il leur arrive de chasser des chauves-souris. Le Faucon Hobereau migre en Europe, d'Avril à Septembre, puis il hiverne en Afrique du Nord et en Europe du Sud. De avril-mai, a lieu la saison des amours, reconnaissable à leurs acrobaties aériennes. Le nid choisi est un ancien nid de corvidés. La femelle pond environ 3 oeufs, qui sont couvés, durant 28 jours, par le male et la femelle, à tour de rôle. Au début c'est la mâle qui s'occupe de la chasse, il sera aidé par la femelle. Ceux-ci nourrissent les petits toutes les 2 à 3 heures et plus souvent, s'ils les nourissent d'insectes. Les petits seront nourris durant 22 à 25 jours, puis les petits quitteront le nid, mais reviendront se faire nourrir encore, durant plusieurs semaines.


- LA GRANDE AIGRETTE :


La Grande Aigrette fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. La Grande Aigrette est le plus grand de tous les hérons et aigrettes présents en Europe. Elle a failli disparaître, décimée par les chasseurs ou piégeurs qui en revendaient les longues plumes nuptiales pour décorer les chapeaux des dames de la fin du xixe siècle au début du xxe siècle. Ce sont ensuite la destruction des zones humides, les pesticides et la destruction des mangroves qui ont rendu sa survie difficile. Elle est maintenant protégée et reconstitue lentement ses populations. Elle est classée comme « préoccupation mineure » par l'UICN. Elle est partiellement migratrice dans l'Hémisphère Nord. En France, on l'observe à nouveau dans l'Est de la France, en Camargue, dans la Dombes, en Sologne, dans le Limousin, en Brenne, en Bretagne (en 2016) et jusqu'au bord de l'Atlantique. En 2004, 81 couples étaient recensés, avec quelques nichées, qui ont été observées.


- LE GRAND-CORBEAU :

CC BY-SA 3.0

Le Grand Corbeau fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Grand Corbeau est omnivore et opportuniste. Son régime alimentaire varie selon le lieu, la saison et ce qu'il trouve par hasard. Le régime alimentaire des Grands Corbeaux nichant près des décharges présente un pourcentage plus élevé de déchets, ceux, nichant près des routes, consomment plus de vertébrés victimes de collisions et, ceux nichant loin de ces sources de nourriture consomment plus d'arthropodes et de plantes. Son poids varie de 700 grà 1 700 gr, voire 2 000 gr. C'est le plus lourd des passereaux. Le plumage du Grand Corbeau a une teinte bleue ou violette au soleil. La longueur de son bec est plus grande s'il vit dans les régions froides. Le bec est fort, noir et légèrement courbé. Sa queue est relativement longue, fortement graduée et cunéiforme en vol. Son cou est assez massif, et l’iris de ses yeux est brun foncé. Son alimentation végétale comprend des céréales, des baies et des fruits. Ils chassent les petits invertébrés, les amphibiens, les reptiles, des petits mammifères et des oiseaux. Toutefois, une étude menée de 1984 à 1986 sur le régime des Grands Corbeaux dans le sud-ouest de l'Idaho (une région agricole) montre que les céréales étaient la composante principale des pelotes de réjection, bien que des petits mammifères, des sauterelles, des carcasses de bovins et des oiseaux aient également été consommés. Ils emmagasinent les surplus de nourriture, surtout de celle contenant du gras, et les dissimulent hors de vue des autres corbeaux. Le Grand Corbeau peut aussi consommer les parties non digérées de matières fécales animales. Le succès des nichées est plus élevé chez les individus, qui utilisent des déchets, comme source de nourriture. Le Grand Corbeau est connu pour voler et cacher des objets brillants comme des galets, des morceaux de métal et des balles de golf. C'est un oiseau très intelligent et malin, jouant à chat avec des loups et des chiens. Le Grand Corbeau est connu pour ses acrobaties aériennes spectaculaires, comme les loopings. le Grand Corbeau peut imiter les sons de son environnement, y compris la voix humaine. Il possède un large éventail de vocalisations qui continuent d’intéresser les ornithologues. Les femelles pondent de 3 à 7 œufs d’un bleu vert pâle, tachetés de brun et de noir, de manière plus dense vers le gros bout. Les juvéniles quittent le nid de 35 à 42 jours après l’éclosion et, sont nourris par les deux parents. Ils demeurent auprès deux, pendant 6 mois après l’envol initial. Le Grand Corbeau peut vivre longtemps, surtout en captivité ou lorsqu'il est protégé. Les Grands Corbeaux de la Tour de Londres ont vécu plus de 40 ans. La longévité en milieu naturel est bien plus courte, de 10 à 15 ans. L’individu sauvage bagué le plus âgé avait 13 ans.


- LA GRANDE-OUTARDE :


La Grande-Outarde fait partie de la Faune qui vit dans la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. La Grande Outarde appelée aussi Otis tarda, ou Outarde barbue, est un oiseau sauvage, de la Famille des Otididae. C'est un grand oiseau sauvage qui vit dans les steppes, les prairies et les champs. Il est assez farouche, marche à l'aise au sol et est maladroit en vol. Les mâles de la Grande Outarde sont considérés comme les plus lourds oiseaux du monde, capables de voler. C'est aussi l'oiseau avec le plus fort dimorphisme sexuel en termes de taille et de poids, car les mâles sont en moyenne 2,48 fois plus lourds que les femelles. La Grande Outarde est un grand oiseau pie-brun aux pattes puissantes. La femelle est bien plus petite et pèse de 3,1 à 8 kg. Le mâle âgé possède des poils de barbe qui commencent au bec et vont jusqu'au milieu du cou. Lors de la parade nuptiale, les mâles soulèvent les plumes blanches des ailes et de la queue. Ils sont faciles à identifier de loin. Le mâle pèse de 5,8 jusqu'à 18 kg. Il mesure 90 cm à 105 cm de hauteur et jusqu'à 115 cm de longueur, avec une envergure de 2,10 à 2,70 m. Quelques-uns de ces oiseaux ont traversé la Manche et sont aperçus en France, dans la Manche et de l'Ariège. Leur nid est creux au sol, non garni (2-3 œufs/1 ponte/avril-juin). Les Grandes-Outardes adultes se nourrissent d'herbe, de fruits, de graines, d'insectes et de petits sauriens. Les jeunes se nourrissent d'insectes. Les Grandes Outardes vivent dans les champs, les steppes et les prairies.


- LES OIES CENDREES :

CC BY-SA 3.0

L’Oie cendrée (Anser anser) est une espèce d'oiseau appartenant à la Famille des Anatidae et à la sous-Famille des Anserinae. Elle est l'espèce type du genre Anser. On regroupe dans l'espèce, les populations d'individus sauvages, les individus des races domestiques, mais aussi des individus marrons, c'est-à-dire domestiques mais revenus à la vie sauvage, ainsi que, dans une certaine mesure, les individus hybrides. Cette espèce présente une vaste aire de répartition. Elle est, avec l'Oie cygnoïde, un des ancêtres des oies domestiques. Sa domestication remonte à plusieurs milliers d'années. Les individus sauvages ont une silhouette massive qui les distinguent des autres espèces d'oies. Ils mesurent entre 68 cm et 90 cm pour une masse de 2,5 kg à 3,6 kg et une envergure variant entre 147 cm et 180 cm. La queue mesure entre 129 mm et 150 mm, le tarse entre 73 mm et 82 mm. Les mâles sont en moyenne légèrement plus grands (aile de 447 à 482 mm contre 412 à 468 mm) et plus lourds (3,6 kg contre 3,2 kg) que les femelles. Les races domestiques sont plus grosses (elles peuvent peser jusqu'à 5,5 kg), de morphologie plus adaptée à la marche, de plumage plus variable et pondent davantage. L'hybridation rend les différences plus flagrantes encore. L'oie cendrée sauvage est monogame.


- LE PIPIT-ROUSSELINE :

CC BY-SA 3.0

Le Pipit-Rousseline fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est un petit passereau de la Famille des Motacillidae. Il niche à même le sol, ou à l'abri d'un arbuste. La ponte est de 4 à 5 œufs par an, couvés pendant 15 jours. Les petits, nidicoles, sont recouverts d'un fin duvet beige. Ils quittent le nid vers 2 semaines. Le Pipit-Rousseline est de couleur sable, sur le dessus du dos et de couleur crème sur le dessous. Il pssède un sourcil crème et des pattes jaunâtres. Il mesure de 16 à 18 centimètres. Les ailes du Pipit Rousseline ont une envergure de 25 à 28 cms. Il est rare sur les bords de la Baltique et fort rare, dans les Îles britanniques. Il fréquente les steppes, landes et garrigues où il se nourrit d'insectes. Le Pipit-Rousseline ne niche plus en Suisse depuis 19981. On le rencontre dans la moitié Nord de l'Afrique, en Asie ainsi qu'en Europe, où il se trouve dans la péninsule ibérique, dans le midi de la France, dans la Péninsule Italienne, en Grèce, en Turquie et dans les steppes du Sud de l'Ukraine et de la Russie européenne.


- LE TICHODROME-ECHELETTE :

CC BY-SA 3.0

Le Tichodrome Echelette est un oiseau sauvage, qui fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il a de la taille d'un moineau ou d'une sittelle, avec un dos, et à la tête d'un gris cendré. La gorge est noire chez le mâle (plus claire chez la femelle) ainsi que le haut de la poitrine. Le dessous du poitrail et ses rémiges sont gris foncé. Les plus longues rémiges portent chacune deux taches blanches formant à chaque aile deux rangées de points blancs parallèles. Les couvertures portent du rouge vif mais l'alula est noire. Le bec fin et long est légèrement incurvé vers le bas et, de couleur noire, comme les pattes. Malgré les taches colorées des ailes, l'oiseau est majoritairement gris et son plumage lui offre une bonne homochromie le rendant difficile à repérer dans son milieu rupestre. Lorsqu'il est aperçu, cet oiseau ne peut être confondu avec aucun autre, en raison de sa silhouette caractéristique, de son vol particulier, et des taches rouges bien visibles mais seulement à courte distance. Le tichodrome explore les falaises de bas en haut, d'une manière très agile. S'aidant de ses pattes, il donne l'impression de marcher sur la paroi, ou progresse par bonds, puis s'élève légèrement de quelques coups d'aile. Arrivé en haut de la falaise, il se laisse tomber comme une pierre jusqu'en bas, et recommence sa progression. Son vol est très léger, papillonnant, adroit, mais semble toujours désordonné. L'espèce pratique également le vol plané et utilise les courants thermiques pour visiter des parties plus élevées de la falaise. Le Tichodrome serait un gros dormeur, disparaissant tôt le soir dans une fissure pour y passer la nuit et ne reprenant son activité, qu'assez tard le matin, après les autres espèces. D'une tonalité élevée, les émissions vocales sont variées et mélodieuses. Le chant est une mélodie précieuse pouvant évoquer celui du grimpereau des jardins. Les 2 sexes chantent, y compris en hiver et le mâle chante pour signaler à la femelle, l'emplacement choisi pour le nid. Les arthropodes semblent constituer une part importante de son régime alimentaire mais certains auteurs supposent que d'autres invertébrés, des larves, voire des mollusques sont également capturés. Les mœurs de l'espèce et l'inaccessibilité de ses nids l'exposent peu, aux prédateurs terrestres. Cependant, il est vulnérable aux rapaces (épervier d'Europe). En France, l'espèce est strictement protégée.



=== LES MAMMIFERES SAUVAGES EN DORDOGNE ===


- LES AUROCHS :

CC BY-SA 2.5 Photo de GerardM

L'Auroch est un imposant mammifère qui partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. L'aurochsn ou auroch est un bovidé. Diverses races obtenues par croisements, de formes primitives ou ressemblant à l'Aurochs ont été réintroduites, en milieu naturel et sur des terres en friche, aux Pays-Bas, en Croatie, en Hongrie, au Portugal et en Espagne, et en France, ce qui permet, de prévenir le reboisement spontané et ainsi de favoriser les écosystèmes de prairie. Quelques fermes ont entrepris l'élevage d'Aurochs reconstitués, qui se sont révélés très résistants et qui vivent dans les prairies et les bois attenant, sans bâtiment de protection, dont les vêlages ont lieu sans intervention ni difficulté, même dans la neige. Menacé par la chasse, les croisements (pollution génétique) et la domestication, la forme sauvage de l'aurochs n'existait plus qu'en Europe de l'Est, au XIIIe siècle, avant de s'éteindre, dans la première moitié du XVIIe siècle (le dernier spécimen est mort, en 1627, dans la forêt de Jaktorow, en Pologne). Entre sa domestication et la disparition de sa forme sauvage, les croisements étaient réguliers en Europe, par la capture d'aurochs femelles. Deux syndicats d'élevage gèrent aujourd'hui la race : le VFA (en Allemagne) et le SIERDA (international, principalement en France). Ce dernier a élaboré pour la France, une charte d'élevage et une charte de production de sa viande. Le poids peut atteindre 800 kg à 1 000 kg. Le crâne estt volumineux, avec un front plat et étroit, muni de grandes cornes, en forme de lyre, tournées vers l'avant, en faisant un angle de 60degrés avec le front. La pointe peut remonter vers le haut. La forme précise de ces cornes varie légèrement d'un individu à l'autre. Celles des mâles peut atteindre 107cm de longueur, celles des femelles sont plus petites et atteignent 70 cm de longueur. C'est un animal opportuniste, qui occupe des milieux assez différents, et qui s'adapte à eux. C'est un herbivore, s'alimentant principalement d'herbes et des graminées. En automne, des glands sont ajoutés au menu, et des branches d'arbres ou de buissons en hiver. Les bétails domestiques actuels vivant dans la nature ressemblent considérablement à leur ancêtre sauvage dans leur choix de nourriture. Depuis le début des années 2000, des éleveurs allemands ont entrepris d'introduire de nouvelles variétés bovines domestiques, dans des groupes reproducteurs d'aurochs de Heck. Ces variétés, aux cornes et à la taille plus imposantes, ont donné des petits groupes d'animaux plus proches, en apparence, de l'Aurochs sauvage.


- LE CHEVAL DE PRZEWALSKI :

CC BY-SA 4.0 - Photo d Claudia Feh

Le Cheval de Przewalski ou Equus caballus przewalskii ou Equus ferus przewalskii, encore appelé Cheval de Prjevalski ou Takh en mongol, est une espèce ou sous-espèce du cheval (Equus caballus). Il est caractérisé par un aspect massif, une grosse tête, une forte encolure et une couleur de robe bai dun, qui rappellent les représentations de l'art préhistorique. Il mesure 1,30 m en moyenne au garrot. Le Cheval de Przewalski est un cheval vivant à l'état sauvage mais il s'agit d'une espèce férale dont les ancêtres ont été domestiqués, il y a près de 5 500 ans, par la culture Botaï, au Kazakhstan, avant de retourner à l'état sauvage. Ils constituent la plus ancienne population de chevaux vivant à l'état sauvage et représentent à cet égard, un groupe, dont la protection est fondamentale. Ils sont découverts en Dzoungarie, en 1879, par l'explorateur Nikolaï Mikhaïlovitch Prjevalski, qui leur lègua son nom. Le Cheval de Przewalski n'est pas l'ancêtre du cheval domestique. En 2018, une étude sur les génomes anciens, menée à l'Université Toulouse-III-Paul-Sabatier et au Musée d'histoire naturelle du Danemark, a révélé que ce cheval fut domestiqué, voilà 5 500 ans, par la culture de Botaï, au Kazakhstan, avant de retourner à l'état sauvage, perdant ainsi à cette occasion sa diversité de robes1,4. Pour beaucoup de scientifiques, et pour les instances internationales de conservation de la nature (UICN), le Cheval de Przewalski reste néanmoins un animal sauvage car, bien qu'étant un animal féral, il occupe une Niche écologique identique à celle qu'occupaient ses lointains ancêtres avant sa domestication. La paléontologue Laure Danilo a découvert que 92 % des Przevalski actuels souffrent d'une anomalie faciale, due à une malformation des os du crâne, causant une dissymétrie. Les dents ne sont plus alignées et cette asymétrie réduit l'espérance de vie des chevaux de moitié. La forte consanguinité des individus restants a été mise en cause. Pour régler le problème, il est suggéré de créer de petits groupes de chevaux isolés, les uns des autres. L'opération doit être menée rapidement, pour réduire cette consanguinité.


- LA GENETTE-D'EUROPE:

CC BY-SA 3.0

La Genette d'Europe appelée aussi la Genette Commune fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est un mammifère carnivore, nocturne et discret, de taille, couleur et morphologie qui la font confondre avec un chat. Elle se répartit en de nombreuses sous-espèces vivant en Europe, en Afrique et au Proche-Orient. En Europe, c'est la seule espèce représentante de la famille des Viverridés. Sa morphologie est la suivante : Longueur corps : 50-60 cm, Queue : 41-52 cm, Longueur du corps + de sa queue : 91-112 cm, Hauteur de 35 cm et son Poids est de 2 kg. La genette vit et chasse généralement près des points d'eau, des taillis et des forêts denses. La Genette est très territoriale et délimite régulièrement son territoire à l'aide de ses glandes péri-anales et de crottiers. Libre, la Genette vit 10 ans. En captivité, son espérance de vie est de 15 ans, comme les chats. L’animal est strictement nocturne. Même si la Genette est un excellent grimpeur, très à l'aise sur de petites branches, elle chasse essentiellement à terre. Elle n'a pas de terrier fixe (sauf en période de gestation) et passe, souvent, ses journées à dormir sous un rocher, dans un arbre, ou dans un terrier inoccupé. La Genette atteint sa maturité sexuelle à l'âge de 2 ans. La reproduction a lieu toute l'année, avec une gestation de 2 mois. Les portées comportent 2 à 4 petits, allaités pendant 4 mois. La femelle n'a qu'une seule portée par an. Même si l'animal fut probablement domestiqué par le passé, sa forte odeur musquée le réserve au seul environnement naturel. En France, la Genette a longtemps été chassée pour sa fourrure. Aujourd'hui, elle fait partie des "espèces protégées".


- LE LOUP GRIS :

CC BY-SA 3.0

Le Loup Gris est un mammifère sauvage qui fait partie de la Faune qui vit, dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Loup Gris est connu pour sa morsure puissante, sa nage plutôt aisée et son endurance à la course. La tête du Loup Gris est large et lourde, avec un front large, des mâchoires fortes et un long museau arrondi. Le crâne mesure en moyenne de 230 à 280 mm de long et de 130 à 150 mm de large. Les dents sont lourdes et grandes, mieux adaptées au broyage des os, que celles des autres canidés existants, mais pas aussi spécialisées que celles des Hyènes. Ses molaires ont une surface de mastication plate, mais pas autant que le Coyote, dont le régime alimentaire contient plus de matières végétales. La denture adulte du Loup Gris est de 42 dents. Les jeunes ont 32 dents de lait, la denture définitive apparait à 7 mois. Les crocs des Loups Gris peuvent mesurer jusqu'à 6 à 7 cm dont 2 cm enchâssés dans la gencive. Le Loup Gris est un excellent coureur parmi les prédateurs terrestres. Sa vitesse de pointe atteint 40 à 50Km/heure. Il peut parcourir 60 kms en une nuit. Le Loup Gris porte habituellement, sa tête, au même niveau que le dos, la soulevant seulement lorsqu'il est en alerte. Il voyage habituellement à un rythme lopin (course bondissante), plaçant ses pattes, les unes devant les autres. Cette démarche peut être maintenue pendant des heures, à une vitesse de 8 à 9 km/hre, permettant ainsi au Loup Gris de parcourir de grandes distances. Son odorat est puissant et lui permet de détecter un animal, à 270 m contre le vent. L'angle de vision atteint 250° contre 180° chez l'homme. La nuit, les yeux du loup paraissent phosphorescents car ils sont tapissés d'une couche de cellules, appelé le Tapetum lucidum, qui lui permettent d'augmenter leur sensibilité à la lumière. L'audition du Loup gris lui permet d'entendre des sons jusqu'à 40 kHz (20 kHz chez l'homme). Il perçoit d'autres loups hurler jusqu'à une distance de 6,4 kms à 9,6 kms. Sa fréquence respiratoire est de 15 à 20 inspirations par minute ; elle peut s'accroître jusqu'à 100 inspirations par minute lors du halètement. Les battements cardiaques ont une fréquence de 90 pulsations/mn, et jusqu'à 200 pulsations, en cas d'efforts importants. Le Loup Gris est un animal social, dont l'unité sociale de base est constituée d'un couple reproducteur accompagné de sa progéniture adulte. La meute moyenne se compose d'une famille de 5 à 11 animaux (1 à 2 adultes, 3 à 6 juvéniles et 1 à 3 « yearlings »), voire parfois 2 ou 3 familles de ce genre, avec des meutes exceptionnellement grandes, comprenant jusqu'à 42 loups. Le couple reproducteur élève ses louveteaux, chaque année. La progéniture restera, dans la meute, durant 10 mois à 54 mois, avant de se disperser.


- LA MARTRE DES PINS :

CC BY-SA 3.0 - Photo de Dani Kropivnik

La Martre des Pins fait partie de la Faune qui vit dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. La Martre des Pins appelée aussi la Martes Martes, ou Martre ou Marte, fait partie de la Famille des Mustélidés. C'est un petit mammifère carnivore. Cette Martre ne s'approche pas beaucoup des habitations humaines contrairement à la Fouine. Son pelage est brun, ses pattes et sa queue plus foncés, sa tête plus claire. La bavette (à hauteur de la gorge et du haut de la poitrine) est jaune orangé et presque toujours d'un seul tenant. Ce trait distingue la martre de la fouine (bavette blanche et bilobée chez cette dernière). De près, d'autres critères la différencient de la fouine : truffe brun-noir, oreilles plus saillantes et bordées de jaune, plante des pieds très poilue. Le meilleur critère reste l'observation de la dernière molaire supérieure qui n'a pas d'encoche du côté externe. La longueur de son corps varie de 51,3 à 65,9 cm pour le mâle et de 46,5 à 57,5 cm pour la femelle. Sa queue de 17 à 28 cm. Adulte, un mâle pèse de 830 grammes à 2,200 kg et une femelle de 750 grammes à 1,264 kg. Il en ressort que l'espèce Martes martes est une des plus grandes espèces du genre, plus grande que ses cousines Martes americana (Martre d'Amérique) et Martes zibellina (Zibeline, d'Eurasie). De plus, les Martres d'Europe occidentale et du Caucase sont plus grandes que celles d'Europe orientale. La longévité de la Marthe est de 10 à 12 ans en liberté. C'est un animal nocturne et crépusculaire. La Martre voit son activité diminuer en hiver. Les femelles ont une seule période d'accouplement par an, entre juin et août. Elles peuvent avoir plusieurs périodes de chaleurs séparées par quelques jours de repos. La parade nuptiale, qui peut durer 15 jours, est faite de luttes et de jeux. L'accouplement lui-même dure 90 minutes environ, au sol, au cours desquelles le mâle attrape de ses dents la femelle par le cou. Les femelles peuvent s'accoupler plusieurs fois, par jour, mais aussi plusieurs fois dans la même période d'accouplement, avec des mâles différents. La femelle met bas, le plus souvent dans une cavité d'arbre, deux à sept jeunes par portée, avec une moyenne de trois petits par femelle. La période de lactation dure 45 jours, entre avril et mai. Seule la femelle s'occupe des jeunes. Ceux-ci se dispersent au plus tard, au début de l'automne, à l'âge de 3 mois. Ils atteignent leur taille adulte à 5 mois. Le nid peut également être constitué par un grand nichoir, un trou de pic, une crevasse rocheuse, ou plus rarement au sol (terrier de blaireau occupé ou non). La Martre est un petit prédateur carnivore qui se nourrit pricipalement de petits mammifères, d'oiseaux, d'insectes. Elle consomme aussi des fruits sauvages (églantier, fraise, framboise, cerise, pomme, etc.). Ce mustélidé a longtemps été traqué et chassé pour sa fourrure et pour les poils qui servaient à fabriquer des pinceaux d'artistes, appréciés en raison de leur exceptionnelle souplesse, notamment des aquarellistes et peintres utilisant la gouache ou l'encre (lavis, etc). En France, un arrêt du Conseil d'État du 30/07/2014, d'application immédiate, supprime la Martre de la liste des "nuisibles" dans les départements où elle y figurait, le Calvados, la Dordogne, la Lozère et la Moselle.


- LE SANGLIER ET SES MARCASSINS :


Le Sanglier d'Europe, ou Sanglier d'Eurasie ou Sanglier ou Sus scrofa), est une espèce de mammifères omnivores, forestiers de la famille des Suidés fait partie de la faue en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Cette espèce très chassée est aussi considérée comme une espèce-ingénieur, capable de développer des stratégies d'adaptation, à la pression de la chasse. C'est une espèce envahissante. Une femelle de sanglier est appelée la Laie. Un jeune sanglier âgé de - de 6 mois, à la livrée rayée, est un marcassin. Un jeune sanglier âgé de 6 mois à 1 an, qui a perdu sa livrée de marcassin, est appelé une bête rousse. Un mâle adulte, est appelé une bête noire, ou bête de compagnie à un an. Un ragot à 2 ans. Un tiers-an, ou tiers-ans, à 3 ans ; un quartanier, ou quartannier, à 4 à 5 ans; un vieux sanglier a 6 ans et un grand vieux sanglier à 7 ans et plus. Un Solitaire est un sanglier qui vit seul. Le sanglier européen peut peser de 150 à 160 kg pour le mâle et 100 kg pour la femelle environ. Le poids d'un sanglier de plaine où les cultures de maïs abondent est significativement plus important que celui de son congénère établi en montagne. Sa longueur, de la tête et du corps, varie de 1,10 m à 1,80 m et sa hauteur au garrot de 0,60 m à 1,15 m. Le Sanglier possède un corps trapu et une tête volumineuse. Sa tête est prolongée d'un groin, très allongé, appelé le boutoir. Il posède 2 grandes oreilles mobiles. Ses canines sont très développées : les supérieures s'appellent les grès et les dents inférieures les défenses. Ces défenses poussent tout au long de la vie du sanglier. En ouvrant et fermant sa gueule, le sanglier aiguise ses défenses sur les grès, les rendant très acérées, en permanence. Pour se protéger des parasites et aussi se rafraîchir, le Sanglier aime se rouler ou de se baigner dans la boue, appelée une « souille ». Les chasseurs les chassent à l'affût, ou organisent des battues, pour en prélever et réduire leur nombre : depuis 2010, ils tuent environ 500 000 sangliers, par an, y compris hors de la saison de la chasse, soit quatre fois plus, qu’il y a 20 ans (la Fédération Nationale des chasseurs estimant que leur population est de 1 à 1,5 million d'individus). Les Sangliers sont désormais classés « nuisibles » dans de nombreux départements.


- LES VACHES DE LA DORDOGNE :


La Vache fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Son élevage permet d'agrandir le cheptel, vendre son lait, et sa viande.


- LE VISON D'AMERIQUE :

CC BY-SA 2.0

Le Vison d'Amérique fait partie de la Faune qui vit dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Vison d'Amérique ou Neovison vison, appelé autrefois Mustela vison) est un mammifère carnivore, de la Famille des Mustélidés, originaire d'Amérique du Nord. Anciennement classé dans le genre Mustela, ce vison est le seul représentant actuel du genre Neovison depuis l'extinction, vers 1870, du Vison de mer. Cet animal commun en Amérique du Nord, a été chassé sur son territoire pour sa fourrure, puis élevé intensivement en Europe et en Russie, au XXe siècle. Des spécimens importés à cet usage se sont échappés et ont formé par la suite des populations férales dans le reste de l'hémisphère nord. La présence du Vison d'Amérique en Europe est indésirable car il est en concurrence avec une autre espèce de Mustélidés déjà gravement menacée, le Vison d'Europe. L'élevage de visons est pratiquée, dès 1872, en Amérique du Nord, puis introduit en Europe, dès 1926, où ils perdurent au début du XXIe siècle, principalement, au Danemark. Cette activité économique fournit notamment la fourrure et l'huile de vison. En 2020, son élevage est fortement mis à mal par des abattages massifs, consécutifs à une contamination due au SARS-CoV-2, une mutation du virus étant susceptible d'affaiblir l'efficacité du vaccin contre la Covid-19, destiné aux humains. Le Vison d'Amérique a le corps allongé, le dos courbe, le pattes courtes avec 5 doigts pourvus de griffes, non rétractiles et une longue queue. Les pattes sont semi-palmées. Il est équipé, comme les autres mustélidés, de glandes anales, dont il sécrète, à titre défensif, une substance malodorante, en cas de danger.


- LE VISON D'EUROPE :


Le Vison d'Europe fait partie de la faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitiane,en France. Le Vison d'Europe est appelé aussi Mustela Lutreola. C'est une espèce autochtone de mammifères carnivores du genre Mustela. Ce petit mustélidé a la fourrure brun foncé, marquée d'une à deux taches blanches, sur le museau. Le Vison d'Europe est inféodé aux écosystèmes aquatiques. Il vit dans les petites rivières, les marais et les ruisseaux où il se nourrit de petits mammifères, de poissons et d'amphibiens. Autrefois présent du Golfe de Gascogne jusqu'à Moscou, l'aire de répartition du Vison d'Europe s'est réduite au cours des siècles. En France, l'espèce était présente de la Bretagne jusqu'aux Pyrénées. Les causes du déclin sont multiples. Le piégeage pour sa fourrure est la principale cause de disparition au XIXe siècle. L'artificialisation des cours d'eau, qui s'est fortement accélérée au XXe siècle, participe fortement à la diminution des populations en détruisant l'habitat favorable au Vison d'Europe. Ce petit mustélidé des cours d'eau, le Vison d'Europe ne marque pas la culture française. Il est confondu avec le Putois depuis au moins le XIXe siècle.



=== LES POISSONS DE LA DORDOGNE ===



- L'ALOSE FEINTE :

CC BY-SA 4.0 - Photo de Hans Hillewaert

L'Alose Feinte appelé aussi Alosa fallax, est un poisson, de la Famille des Clupeidae, qui vit dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Il mesure de 30 à 50 cm à l'âge adulte. Sa nourriture eest composée de petits poissons et de crustacés pélagiques. L'Alose Feinte est un poisson migrateur amphihalin, ce qui signifie qu'elle effectue une partie de sa vie, en eau douce et l'autre partie, en eau salée. On trouve l'Alose Feinte en France, au Portugal, dans les Iles Britanniques, en Allemagne, au Maroc et en Algérie. sA préoccupation est mineure.


- L'ECREVISSE A PATTES BLANCHES (Espèce en danger):


L'Ecrevisse à pattes blanches fait partie de la Faune sauvage qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Elle peuple préférentiellement les eaux froides, non polluées, claires et vives, des torrents et des ruisseaux. Elle est en rapide recul depuis plusieurs décennies, en raison du braconnage, de la pêche intensive, et la dégradation de la qualité de l'eau et de l'habitat ainsi que la concurrence des espèces introduites. C'est une des espèces phares pour une bonne qualité environnementale, ainsi que comme une « espèce parapluie ». En raison des menaces de disparition qui pèsent sur elle, il est strictement interdit de la pêcher. Mais dans certains départements de France, la capture de cette écrevisse est autorisée 10 jours, par an. Les larves se nourrissent de plancton et sur le périphyton. Les juvéniles consomment encore de petits invertébrés, alors que les adultes consomment quant à eux des végétaux terrestres ou aquatiques. Un cannibalisme des adultes sur les jeunes existe et contribue à réguler la démographie de cette espèce. En 1983 elle a été classée espèce vulnérable dans la liste rouge des animaux menacés de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN)8. Elle a été depuis reclassée comme espèce en danger.


- LA LAMPROIE DE PLANER :

CC BY-SA 3.0

La Lamproie de Planer appelée Lampetra Planeri ou Lamprillon, est une espèce d'agnathes, formée d'un corps nu anguilliforme long de 12 à 20 cm. La Lamproie de Planer est recouverte d’une peau lisse sans écaille, sécrétant une forte quantité de mucus. Adulte, elle est de couleur bleu-vert, avec les flancs jaunes et le ventre blanc. Elle mesure environ 12 à 20 cm pour un poids de 2 gr à 5 gr. Elle possède une bouche sans mâchoire mais pourvue d’une ventouse, et par l’absence de nageoires paires. Ses nageoires caudales et dorsales sont en contact. Les orifices respiratoires, ou spiracles, sont toujours au nombre de 7 et à chacun correspond une poche branchiale, en forme de sac. Les lamproies absorbent et rejettent l'eau par les spiracles, au stade adulte, grâce à de rapides contractions de ses sacs branchiaux. L'absorption de l'eau par la bouche est rare. L'espèce présente un dimorphisme sexuel, le mâle étant plus petit que la femelle, en général. Les femelles construisent un nid de forme ovale, de 4 à 10 cm de profondeur, en fonction du nombre de participants à sa construction (Tronche, 20004). Jusqu’à 30 individus peuvent se reproduire sur un même nid. Le mâle s’enroule alors autour de la femelle qui est fixée sur le fond grâce à sa ventouse. Les œufs fécondés tombent au fond du nid où ils s’enfoncent dans les sédiments. La fécondité est assez élevée avec 440 000 ovules/kg de poids vif. Après la reproduction, les adultes meurent, ceux-ci ne se reproduisent, qu’une seule fois, dans leur vie.


- LE SILURE :

CC BY-SA 3.0 - Photo de Dieter Florian

Le Silure fait partie des poissons impressionnants que l'on découvre en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. C'est le plus grand poisson d'eau douce d'Eurasie et le 3ème plus grand poisson au monde, pouvant atteindre plus de 2,74 m de longueur et peser 130 kg. Son corps est allongé. Sa peau, très glissante, est vert-brun à blanc-noir, plus claire (jaune ou blanchâtre) sur le ventre. Des spécimens dits « mandarins » (jaune à orangé) présentent une peau plus ou moins dépigmentée. Certains sont franchement albinos. Sa tête massive, large et aplatie représente jusqu'à 30 % de son poids total. La bouche très large est pourvue de lignes de dents petites et nombreuses, semblables à de fines pointes, très tranchantes. Elle lui permet d'engloutir de grosses proies et de les maintenir fermement. Elle porte 6 barbillons : deux longs, et mobiles, sur la mâchoire supérieure, et quatre courts sur la partie inférieure de la tête. Ceux-ci sont pourvus de « bourgeons gustatifs » (organes sensoriels servant à localiser les proies ou toute nourriture potentielle , même cachées dans la vase ou le gravier), sont situés principalement sur leur portion distale. D'autres organes lui servent aussi à détecter tout mouvement proche (la nage d'une écrevisse jusqu'à 10 mètres). Comme la plupart des poissons d'eau douce, le silure glane possède également une ligne latérale très efficace lui permettant de ressentir les mouvements de ses proies potentielles. Ses yeux minuscules lui seraient peu utiles, pour la détection, mais ils lui servent à distinguer les couleurs. Les nageoires sont au nombre de 7 : 2 pectorales très larges, 2 ventrales légèrement moins larges, une nageoire dorsale minuscule (de texture adipeuse), une nageoire ventrale très longue partant de l'orifice anal jusque la nageoire caudale. Il peut créer un tourbillon à l'aide de celle-ci dans le but de désorienter, ou assommer sa victime, qu'il peut ensuite avaler. Sa taille varie d’1m à 2 m, mais le Silure peut atteindre jusqu'à 2,75 m, pour un poids de plus de 120 kg. Le plus gros silure péché et homologué a été capturé dans le Tarn (81) en septembre 2017 et mesurait 2,74 m. Elles montrent que ce poisson s'adapte facilement à tout type d'habitat, pourvu que l'eau y soit assez chaude? en période de reproduction (condition atteinte en Europe du Nord, grâce au soleil de minuit en été et assez riche en nourriture. Il vit près du fond, sous les troncs et branches d'arbres tombés à l'eau ou près des berges, où il se cache dans l'attente d'une proie. Le Silure semble particulièrement friand d'espèces migratrices (47 % du contenu stomacal en Val-de-Loire alors que ces espèces n'y sont pas dominantes et même moins abondantes et qu'elles ne sont présentes, qu’à certains moments de l’année. Toujours en Val de Loire en termes de biomasse ingérée, c'est encore la Lamproie Marine qui domine, parmi les proies, mais le Saumon Atlantique représente 19 % de la biomasse ingérée par le Silure. L'Anguille Européenne figure aussi au menu du Silure. Vivant longtemps, dans une eau polluée, le Silure fait partie des poissons reconnus bioaccumulateurs. En raison de sa propension à bioconcentrer les métaux lourds, certains métalloïdes ou des polluants peu biodégradables tels que les PCB, Furanes ou Dioxines, le Silure peut être durablement ou provisoirement, être interdit de pêche, de détention et de toute commercialisation en France.




- L'AGRION DE MERCURE :

CC BY-SA 2.0 - Photo de Gilles San Martin - Flickr

L'Agrion de Mercure fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. L’Agrion de Mercure (Coenagrion Mercuriale) est un insecte odonate zygoptère, de la Famille des coenagrionidés, présente en Europe de l’Ouest moyenne et méridionale ainsi qu'au nord du Maghreb.Les agrions ont une période de maturation pendant laquelle ils s'observent à proximité de leur gîte larvaire. L'Agrion de Mercure recherche dans un premier temps des prairies généralement humides, puis rapidement recherche des habitats riches en petits insectes propices à leurs chasses. De tels habitats peuvent sembler dans quelques cas pollués et eutrophisés, ce qui confère à l'espèce une réputation de libellule tolérante. Il n'en est rien : les individus après maturation retournent sur les sites favorables à leur reproduction, le plus souvent de qualité tout à fait exceptionnelle a période de vol de l'espèce diffère selon que les populations se trouvent au sud ou au nord de leur aire. Les premières émergences surviennent en avril dans le sud, ou en mai plus au nord. L'essentiel des populations se maintient jusqu'en août, voire plus tard, dans le sud de la répartition de l'espèce. Le comportement reproducteur commence par la formation de tandems. Ceux-ci se forment dès les premières heures chaudes de la journée. Comme chez les autres libellules, un cœur copulatoire se forme, puis cas particulier chez les Agrions, la ponte est effectuée en tandem. La femelle pénètre entièrement dans l'eau et y entraîne le mâle qui généralement renonce et se détache alors que son corps semble trop immergé. Il s'envole alors que la femelle poursuit sa tache subaquatique. Leidentification de l'espèce passe pour les mâles par l'examen des premiers segments abdominaux1, la répartition du noir et du bleu sur l'abdomen et l'étude précise des pièces terminales de l'abdomen. Le dessin noir sur la face dorsale du segment abdominal S2 ressemble approximativement au symbole astronomique de Mercure, cequi explique le nom d'espèce mercuriale. L'identification des femelles est difficile et se fait principalement par l'étude de la forme du prothorax.


- LA CICADELLE VERTE FEMELLE :

CC BY-SA 3.0 -

La Cicadelle Verte femelle vit dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine, en France. La Cicadella Verte appelée aussi Cicadelle viridis, est un insecte hémiptère, de la Famille des Cicadellidae. Grace à un appendice appelé "rostre", elle se nourrit de la sève de végétaux. La Cicadelle Verte est une espèce commune que l'on trouve, en Europe et en Asie. Elle vit sur les plantes herbacées des milieux humides, tourbeux ou marécageux et sur les arbustes, où elle peut créer d'importants dommages, en pondant ses œufs, sur les jeunes rameaux. Les Cicadelles Vertes adultes sont visibles en Europe, de Juillet à Octobre.


- LA CICADELLE VERTE MALE :

CC BY-SA 3.0

La Cicadelle Verte mâle vit dans le département de la Dordogne, en région Aquitaine, en France. C'est un insecte. La longueur du corps est de 7 à 9 mm. Cicadella viridis a été nommée, par Carl von Linné, en 1758. Les hémiélytres de la femelle sont généralement verts. Ceux du mâle sont de couleurs variables : bleus, brun noirâtre à purpurins. Le bord antérieur de la tête est arrondi, bicolore. Le pronotum est de couleur jaune vers l'avant, et vert à l'arrière. Le prothorax est le premier segment du thorax de l'insecte, situé juste derrière la tête. On l'appelle encore T1 ou le corselet. Il porte la tête et la première paire de pattes. Ses principaux sclérites (plaques de l'exosquelette) sont le pronotum (face dorsale), le prosternum (face ventrale), et les propleurons (latéraux) de chaque côté. Le prothorax ne porte jamais d'ailes chez les insectes existants, quoique certains groupes fossiles aient possédé des projections en forme d'ailes. Tous les insectes adultes possèdent des pattes sur le prothorax, même si ces pattes sont très réduites dans certains groupes (comme les papillons de la famille des Nymphalidae). Les Cicadelles Vertes adultes sont visibles en Europe de juillet à octobre.


- LA GOMPHE DE GRASLIN :

CC BY-SA 3.0

La Gomphe de Graslin est un insecte qui fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Gomphus graslinii ou gomphe de Graslin est une odonate, du sous-ordre des anisoptères (ou libellules), qui fait partie de la Famille des Gomphidae. Ce Gomphe héliophile vit, de préférence, au bord des eaux calmes et claires, qui sont bien oxygénées. Les secteurs sablonneux et limoneux des parties calmes des cours d'eau conviennent bien au développement de l'espèce. Les cercoïdes des mâles ont la particularité de présenter une forte dent, latérale, tandis que les femelles se distinguent, par unelame vulvaire échancrée, qui mesure un tiers de la taille du segment. Son aire de répartition, assez réduite, le rend vulnérable à de simples modifications écologiques naturelles et encore plus aux modifications écologiques dues aux activités humaines. La Gomphe de Graslin est fortement menacée par la pollution des eaux (due aux activités agricoles, urbaines, industrielles et touristiques) et par des agressions anthropiques telles que : les extractions de granulats, les marnages excessifs, le ressac dû aux embarcations à moteur ou encore la rectification des berges avec son déboisement. Ainsi, le Gomphe de Graslin est classé « Quasi menacé » sur la Liste Rouge Mondiale et « Préoccupation mineure » sur la Liste Française.

- LA MIGALE :


La Migale est une araignée velue, qui fait partie de la Faune qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Lasiodora parahybana, une araignée migalomorphe du brésil. Individu femelle adulte. L'animal peu atteindre 20 cm à 25 cm d'envergure et peser 100 grammes. Cette espèce venimeuse peut manger des oiseaux, des reptiles, et des petits mammifères. Les Mygales sont caractérisées par une articulation crochets-partie supérieure des Chélicères qui se fait dans l'axe longitudinal du corps. Au repos, les crochets ne se croisent pas et sont repliés, parallèlement. Le corps des mygales est beaucoup plus massif que celui des aranéomorphes et des mésothèles. Les Migales sont dépourvues de trachée. Elles sont dites « tétrapneumones » car elles ont 2 paires de poumons feuilletés. Pendant leurs premières années de vie, les Mygales muent, tous les 2 ou 3 mois, à chaque stade de la croissance. Arrivées à l'âge adulte, elles changeront de peau, qu'une seule fois, chaque année. Les Mygales mâles, quant à eux, effectuent leur dernière mue, la mue imaginale, qui leur permettra d'atteindre la maturité sexuelle. Ils ne mueront plus, pour le reste de leur vie. Certains genres chassent à l'affut, cachées dans des terriers munis d'une porte. Malgré leur taille, les mygales ne peuvent pas ingurgiter directement leurs proies. Après que les crochets ont inoculé le venin, les glandes maxillaires des araignées sécrètent de puissantes enzymes digestives qui dissolvent rapidement les organes intérieurs de leurs victimes, les transformant en bouillie nutritive. Les Mygales aspirent, ensuite, le produit transformé, qui passe successivement par la bouche, l'œsophage, le jabot aspirateur et l'estomac, avant l'assimilation dans l'intestin. Le venin des Mygales est puissant. Celui-ci entraîne une paralysie immédiate de la proie et sa mort rapide. Cependant, contrairement aux idées reçues, assez peu de morsures de mygales sont dangereuses pour l'Humain. Chez certaines espèces, le venin est néanmoins un puissant neurotoxique qui s'attaque au système nerveux périphérique, engendrant des signes locaux ou locorégionaux (douleurs, œdèmes, faiblesse musculaire, anesthésies ou paresthésies) et parfois des signes généraux parasympathiques (hyper-salivation, nausées, bradycardie).


=== LES AMPHIBIENS DE LA DORDOGNE ===


- LE SONNEUR A VENTRE JAUNE :

CC BY-SA 3.0

Le Sonneur à Ventre Jaune est un amphibien, qui fait partie de la Faune, qui vit en Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine, en France. Le Sonneur à ventre jaune fait partie de la Famille des Bombinatoridae. Il est aussi appelé le Crapaud Sonneur à ventre jaune ou le Sonneur à pieds épais. Le Sonneur à ventre jaune est un petit crapaud, qui mesure 4 cm à 5 cm à l'âge adulte. L'habitat de cette espèce est constitué de mares, d'ornières, de flaques d'eau en forêt. C'est un amphibien de milieux pionniers, des zones aquatiques peu végétalisées et souvent temporaires. Le Sonneur à Ventre Jaune résiste particulièrement à un pH acide. Cette espèce se rencontre en Europe de 100 m à 2 100 m d'altitude. Le Sonneur à ventre jaune se reproduit à partir de 3-4 ans, de Mai-Juin jusqu'en été, en moyenne montagne. Il utilise plusieurs mares, temporairement, pour se reproduire, accrochant seulement quelques œufs (1 à 10 maximum) de façon regroupée ou isolée aux plantes aquatiques immergées. Ls oeufs éclosent après 5 jours, et les têtards se métamorphosent 34 à 131 jours après l'éclosion. En France, l'espèce est protégée.


=== LES CHAUVES-SOURIS DE LA DORDOGNE ===


La zone côteaux calcaires de la Vallée de la Dordogne, qui s'étend sur 3 686 hectares, est partagée avec 24 autres communes, fait également partie du réseau Natura 2000. Deux espèces de chauves-souris inscrites à l'annexe II de la directive 92/43/CEE de l'Union européenne y ont été répertoriées:

- LE GRAND RHINOLOPHE :

Photo de France Bleu

Le Grand Rhinolophe est aussi appelé Rhinolophus ferrumequinum, Grand rhinolophe fer à cheval, Grand fer à cheval ou Grand rhinolophe obscur, est une chauves-souris, de la Famille des Rhinolophidae. Son poids à l'age adulte atteint 17 gr à 35 grammes. Le Grand Rhinolophe aime iberner dans les grottes, dans des zones plus chaudes et calmes. Il installe sa colonie de reproduction dans un emplacement bien chaud, d'où les jeunes de l'année partent chasser les bousiers et insectes coprophages dans les praires avoisinantes. Son nez en forme de fer à cheval et son sonar à 80 kHz le rendent difficile à confondre. La longueur de la tête et du corps fait 57mm à 71 mm. La longueur de son avant-bras atteint 54 mm à 61 mm. La longueur de ses oreilles fait 20 mm à 26 mm. Ses ailes ont une envergure de 350 mm à 400 mm.


* le Petit Rhinolophe (Rhinolophus hipposideros).



Mis à jour le 22/01/2024


Marie51



Retour



www.mes-ballades.com 12/07/2007-26/11/2024 - Tous Droits Reserves